Lorsque Dominique FamiliaDominicanaJaen-Navidad-2014-400x298fondait l’Ordre des Prêcheurs, les prémisses des différentes branches de la famille dominicaine étaient déjà présentes. Des moniales, des frères, des laïcs ont, dès le début de l’Ordre, participé à son rayonnement. Cette intuition d’une mission commune, d’une complémentarité de charismes ont probablement contribué à ce que les traces de notre père Dominique ne se soient pas effacées au fil du temps.

Chaque branche a su développer sa propre manière de prêcher et d’aller toujours plus loin pour rejoindre l’humanité. Le tronc de l’arbre s’enracinait et s’élargissait de plus en plus profondément dans la même terre, les branches s’élançaient et s’entrelaçaient dans toutes les directions pour rejoindre le plus de monde possible au fil du temps. Alors que dans le monde médiéval, les frères allaient mendiants de par les routes pour montrer une nouvelle voie pour vivre l’Évangile au riche clergé de l’époque, les sœurs apostoliques du 19ème siècle se dévouaient dans les soins aux malades et l’éducation. La créativité née des talents multiples ainsi rassemblés, la solidité des liens fraternels, ont tissé une toile ou chaque fil vient rajouter sa couleur à l’oeuvre de notre fondateur et continue de porter une parole d’Évangile dans le monde actuel.on. Aujourd’hui encore, si les moniales prient pour une humanité en crise dans un monde qui rejette les dogmes des religions, les laïcs témoignent de leur foi au cœur de leurs familles et de leurs milieux de travail. L’arbre n’est pas mort, loin s’en faut!

Dans notre histoire dominicaine, chaque branche a été appelée à développer sa vocation propre tout en soutenant et en cherchant une unité avec les autres branches. C’est cette unité dans la diversité et la complémentarité qui en fait sa richesse encore aujourd’hui. Elle permet de rejoindre différents besoins de notre monde en quête de sens: besoin de spiritualité, de vivre en harmonie avec la Création, d’aimer et d’être aimé, besoin aussi d’un monde de justice et de paix, de partage et de solidarité. Le fait de travailler ensemble, selon nos différents charismes, nous permet d’aller plus loin dans la mission qui nous a été confiée.

Les laïcs d’aujourd’hui, comme ceux d’hier, partagent pleinement la mission de l’Ordre avec ce qu’ils sont: des hommes, des femmes, des couples, des parents, des ouvriers, des médecins, des artistes… au cœur du monde et de ses défis technologiques, attentifs à chaque souffrance humaine de leur milieu de vie. Chacun à leur manière, ils contribuent à faire vivre de la vision de Dominique dont la flamme de la foi allait éclairer le monde. Je pense à Cathy qui ouvre son Église tous les matins, à Daniel qui partage son expertise en éthique dans le milieu hospitalier, à Benoît qui soutient un projet de psychiatrie au Bénin, à Andréa qui enseigne la théologie. Tant de paroisses ou d’œuvres sociales au sein desquelles des laïcs s’investissent corps et âme pour être fidèles à la Parole. Tant de collaborations avec les frères, les sœurs ou les moniales qui permettent de continuer notre mission commune, tandis que les forces vives diminuent dans plusieurs communautés. Tant de gestes fraternels entre membres d’une même fraternité ou d’une fraternité envers une autre qui font de nous des frères et des sœurs en Vérité. Chaque laïc dominicain que j’ai eu la chance de rencontrer est pour moi, un témoin vivant de l’idéal dominicain. Je suis sans cesse émerveillée, inspirée, stimulée, par l’engagement et la générosité qui se manifestent partout en abondance. Elle est telle qu’elle ne peut venir que d’une seule source, celle de Dieu.

Cette famille dans au sein de laquelle nous vivons, n’est pas une famille de sang, mais chacun de ses membres partage un même bagage génétique qui nous lie. Il est toujours fascinant de voir à quel point il est facile de se reconnaître dans n’importe quel dominicain à travers le monde, quelle que soit sa culture ou la branche dans laquelle il vit. Cette joie dans l’accueil fraternel, cette manière de vivre nos célébrations, ce souci des souffrances du monde, cette recherche constante de la Vérité, font que nous formons une seule et même famille unie par un même idéal de vie.

La créativité née des talents multiples ainsi rassemblés, la solidité des liens fraternels, ont tissé une toile ou chaque fil vient rajouter sa couleur à l’œuvre de notre fondateur et continue de porter une parole d’Évangile dans le monde actuel. Que ce huit centième anniversaire de l’Ordre, nous donne à tous et à toutes la joie de contempler les fruits du travail accompli et le courage de porter toujours plus loin la lumière de notre Foi.

Que Dieu bénisse la famille dominicaine et toutes ses œuvres à travers le monde en cette année jubilaire!

Christine Husson o.p., responsable de la Province St Dominique du Canada